• Espace presse

3F acquiert deux terrains de l’État avec décote au Raincy (93)

Visuel

05 Décembre 2016

Ce lundi 5 décembre au Raincy, Pierre-André Durand, préfet de Seine-Saint-Denis, et Pierre Paulot, directeur de la maîtrise d’ouvrage d’Immobilière 3F, ont signé le protocole de cession, avec décote, de deux terrains de l’État, en présence de Thierry Repentin, délégué interministériel à la mixité sociale dans l'habitat. Allée Théophile Binet, 33 logements sociaux et un centre d’hébergement d’urgence seront construits en lieu et place d’une ancienne gendarmerie. Boulevard de l’Ouest, sur le site d’un ancien commissariat, 12 logements sociaux verront le jour.

 

Télécharger le PDF

 

 
  • 55 logements sociaux et un centre d’hébergement d’urgence construits sur deux terrains de l’État

 

Au 13-15 allée Théophile Binet, en lieu et place d’une ancienne gendarmerie, le projet prévoit :
- un Centre d’hébergement d’urgence (CHU) de 70 places construit par Résidences Sociales de France (société de 3F). Sa gestion sera confiée à l’association Aurore. La livraison est prévue au 1er trimestre 2019.
- 33 logements sociaux, financés en PLUS, PLAI, PLS, construits par Immobilière 3F. Leur livraison est prévue au 2e trimestre 2020.
L’association Aurore, qui occupe actuellement les anciens logements de gendarmes, sera relogée préalablement à la construction des logements sociaux.
Le coût d’acquisition de ce terrain de l’État est de 1 218 622 euros (1 084 822 € pour les logements sociaux et 133 800 € pour la réalisation du CHU).
 
Au 9 boulevard de l’Ouest, en lieu et place d’un ancien commissariat, Immobilière 3F construira 12 logements sociaux, financés en PLUS, PLAI, PLS. Leur livraison est prévue en 2020.
Le coût d’acquisition de ce terrain de l’État est de 292 624 euros.
 
  • Mobiliser le foncier public en faveur du logement
 
Le dispositif de mobilisation du foncier public en faveur du logement, institué par la loi du 18 janvier 2013, permet aux acteurs du logement d’acquérir des terrains nus ou bâtis appartenant à l’État ou à certains de ses établissements publics, à un prix inférieur à leur valeur vénale, dès lors qu’ils s’engagent à y construire du logement social. Une décote est proposée afin de contribuer à l’équilibre financier de l’opération. Plus les logements sociaux programmés sont destinés aux personnes les plus défavorisées, plus la décote est conséquente. Elle est également plus importante dans les zones où la tension du marché est la plus forte.
 
 
Contact Presse
 

Pour toute demande d'information presse, merci de contacter :

Anne Fessan

Tél. : 06 66 31 97 03

 

 
Retour haut de page